Vous êtes ici : Le Guide du Senior > Finance et crédits pour seniors > Assurance Vie : comparez et choisissez le meilleur contrat ! > 5 conseils pour choisir la meilleure assurance vie !

5 conseils pour choisir la meilleure assurance vie !

5 conseils pour choisir la meilleure assurance vie !

Vous souhaitez en savoir plus sur l’assurance vie ? Nos conseils pour mieux comprendre son fonctionnement et choisir la meilleure offre.

Type de fonds, frais, qualité de service, durée… De nombreux points doivent être vérifiés avant la souscription d’un contrat d’assurance vie. Tout ce qu’il faut savoir.

1 - Bien définir son projet

Le contrat d’assurance vie peut répondre à plusieurs besoins :

  • Constituer une épargne ou valoriser une épargne existante ;
  • Protéger ses proches en transmettant un capital à une personne physique ou morale désignée dans le contrat ;
  • Apporter une garantie pour un prêt ;
  • Générer des revenus complémentaires futurs ou immédiats.

Selon vos objectifs et vos besoins, le type de contrat d’assurance vie mis en place pourra être différent. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel lors de cette étape.

2 - Connaître les différents types de fonds

Les supports financiers proposés dans le cadre de l’assurance vie présentent des risques de perte en capital plus ou moins importants. Ils peuvent être répartis en trois grandes catégories :

Les fonds en euros

La composition d’un fonds en euros varie d’un assureur à l’autre mais celui-ci est majoritairement constitué d’obligations qui assurent la régularité des rendements. Une petite partie du fonds peut être investie en actions ou en immobilier pour améliorer les rendements grâce aux dividendes et aux loyers récurrents générés. Par conséquent, ce placement s’adresse surtout aux épargnants qui recherchent la sécurité pour leurs investissements ou ont un horizon de placement à moyen terme.

Les unités de compte

Les unités de compte correspondent à des parts d’organismes de placement collectif (OPC), c’est-à-dire à des portefeuilles de valeurs mobilières gérés par des sociétés agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF). On distingue deux types d’OPC : les OPCVM qui relèvent de la directive européenne GFIA (gestionnaire de fonds d’investissement alternatifs) et les FIA dont les règles d’investissement sont plus souples.

Les montants investis sur les supports en unités de compte ne sont pas garantis. Cela signifie qu’ils présentent un risque en perte de capital élevé pour le souscripteur. De plus, ils sont soumis à des frais spécifiques qui peuvent être importants.

Les fonds euro-croissance

Les fonds euro-croissance offrent une très grande sécurité à l’épargnant car ils sont composés majoritairement de placements obligataires peu sensibles aux aléas du marché. Plus précisément, ceux-ci sont généralement investis en obligations à hauteur de 60 à 80 %, le reste étant investi en actions cotées, en immobilier et produits dérivés pour accroître le rendement. Leur objectif est donc de procurer un rendement à long terme, supérieur à celui offert par les fonds en euros.

3 - Bien choisir sa durée de placement

Avant de souscrire une assurance vie, il convient de se poser la question de la durée d’engagement. Il faut savoir que les contrats d’assurance vie n’ont pas de durée légale. La fin intervient lors du décès ou, en cas de vie, à la date butoir prédéfinie. L’assurance vie peut aussi prendre fin lorsque l’assuré décide de procéder à son rachat total.

Pour bénéficier d’une fiscalité intéressante, l’assuré a tout intérêt à s’engager sur au moins 8 ans. Toutefois, l’avantage fiscal ne doit pas être le seul élément pris en compte. En effet, l’objectif souhaité (préparer un achat immobilier, compléter une future retraite, mettre à l’abri sa famille sur le plan financier…) a son importance.

4 - Se renseigner sur les modalités de versement et retrait

L’un des atouts de l’assurance vie est sa souplesse de fonctionnement. Si vous souhaitez en profiter, vous devez donc vérifier que le contrat souscrit donne la possibilité de verser et de retirer de l’argent librement.

Côté versements, il existe trois types de primes : les primes périodiques fixes, les primes à versements libres et la prime unique. Les contrats à versements libres peuvent s’avérer intéressants. Cependant, une mise minimale de 100 euros est généralement exigée par les assureurs. Celle-ci peut grimper jusqu’à 500 voire 1000 euros dans certains cas.

Côté retraits, il est possible de demander à l’assureur un rachat ou une avance. Le rachat peut être partiel ou total mais doit faire l’objet d’une demande écrite à la compagnie d’assurance. L’avance correspond à un prêt accordé par l’assureur sans qu’il ne soit nécessaire de piocher dans l’épargne accumulée dans le cadre de l’assurance vie. Celle-ci génère des intérêts à payer à l’assureur dont le taux est prévu par le contrat.

5 - S’informer sur les frais de l’assurance vie

L’assurance vie peut réserver de mauvaises surprises, notamment si vous n’avez pas pris le temps de consulter les frais appliqués par l’assureur. Voici les principaux frais à étudier :

Les frais sur versements

Les frais sur versements, aussi appelés frais d’entrée ou de souscription, correspondent à un pourcentage du montant placé et sont destinés à couvrir les dépenses de commercialisation supportées par l’assureur. Par exemple, si ceux-ci s’établissent à 4 % sur 1000 euros versés, cela signifie que l’assureur prélèvera 40 euros et ne créditera le contrat qu’à hauteur de 960 euros.

Les frais de gestion

Les frais de gestion des fonds en euros sont d’environ 0,70 % par an et les frais de gestion des fonds à risques de 3 % en moyenne. Ces frais visent à couvrir le traitement administratif du contrat, la gestion financière des capitaux investis et l’envoi des relevés de compte notamment. Ils sont prélevés sur la totalité de l’épargne constituée et augmentent donc régulièrement.

Les frais de sortie

Vous pouvez à tout moment vouloir clôturer votre assurance vie pour récupérer tout ou partie du capital versé. Dans ce cas, vous devrez vous renseigner sur les frais de rachat partiel et total, les frais de sortie en rente et en capital.

Les frais d’arbitrage

Les frais d’arbitrage correspondent aux frais prélevés par l’assureur lorsque la nature d’un actif est modifiée. Ils se présentent sous la forme d’un pourcentage (entre 0,5 et 1 % du montant arbitré) ou d’un forfait (entre 10 et 30 euros sur chaque opération d’arbitrage).

Si besoin, vous pouvez demander l’aide d’un courtier qui vous aidera à choisir la meilleure assurance vie.

 
 

Comparateur Assurance Vie
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers